Sélectionner une page

La plupart des agences refusent d’avouer à leurs clients qu’elles utilisent les services d’un free lance. Un client est-il basique au point d’imaginer que si un DC demande de l’aide à un créatif extérieur, c’est parce que ses équipes n’ont pas d’idées?
Non. S’il le fait, c’est en général parce qu’il cherche une façon originale et fraiche de répondre au brief qui lui a été proposé. Un regard extérieur peut apporter une bouffée d’oxygène à une campagne, même si elle est satisfaisante depuis des années et atteint tous ses objectifs. Le talent d’un bon DC n’est pas seulement de savoir choisir la bonne création, c’est aussi de choisir le bon créatif qui saura la mettre au point.
Bien sûr, il arrive que l’on appelle du renfort lorsque le temps manque, mais là aussi, quel mal y a t’il ? L’important n’est-il pas que le client ait le meilleur produit fini dans les délais ? On m’a dit qu’en Angleterre certains créatifs font une carrière complète en tant que free-lance. En France, on en est bien loin. Comment, en effet, se constituer un dossier ou une réputation s’il nous est interdit de montrer notre travail En découvrant que la création qu’il a achetée et dont il est satisfait vient de Naville, votre client aura t’il moins confiance en l’agence et la suspectera t’il de tromperie ? Le client se fout de la façon dont une agence travaille. Ce qui l’intéresse c’est le résultat, la relation de confiance qu’il a avec ses interlocuteurs.

Bon sang ! N’ayez pas peur de dire à vos clients que vous avez choisi le bon free lance (moi par exemple), il vous respectera comme le public respecte l’entraineur qui a su choisir le bon joueur au bon moment. Et surtout permettez moi de montrer dans ce blog, les travaux que nous avons faits ensemble. J’en suis fier, autant que vous… et votre client, s’il tombe dessus par le plus grand des hasards en sera flatté